Citaction n°21 : « Tout le monde veut changer le monde mais personne ne veut se changer soi-même » Tolstoï

Version_définitive_Tolstoï

Tolstoï est réaliste. C’est souvent l’autre, les autres qui sont la cause des problèmes que je rencontre. C’est à eux de changer !

Il est si douloureux de voir que nous contribuons aux maux dont nous souffrons que nous préférons nous aveugler en nous parant derrière des stratégies qui préservent notre égo.

Nous nous victimisons par exemple. Je ne suis pour rien dans ce qui m’arrive. Tout est la faute des autres. Du système. Manière habile de se démettre de sa responsabilité.

 

Nous pouvons aussi désigner un bouc émissaire. Plutôt que de me regarder en face, je vais « externaliser » cette part d’ombre que je ne veux pas voir en moi en la projetant sur quelqu’un ou sur un groupe. René Girard a très bien montré le fonctionnement de ce mécanisme délétère dans une société.

Faisons un petit exercice : Pensez à une personne qui vous horripile. Faites la liste détaillée de tous les traits de caractère, attitudes qui vous sont insupportables chez cette personne. C’est fait ? Revenez à vous maintenant. En toute honnêteté, ne voyez pas aussi chez vous ce qui vous énerve autant chez cette personne ? L’autre, ce miroir dans lequel je refuse de me regarder en vérité.

J’ai travaillé en coaching avec une personne qui ne parvenait pas à avoir des relations positives dans son milieu professionnel. En creusant la question avec elle, nous avons mis à jour le fait qu’elle avait des croyances négatives très ancrées sur les personnes qu’elle était appelée à rencontrer. En projetant inconsciemment sur eux ses préjugés, elle obtenait ce qu’elle cherchait : Être confirmée dans sa certitude. Sans s’être donnée la chance de rencontrer vraiment qui que ce soit. Le filtre de sa croyance l‘en empêchait. Excellente manière de ne pas se remettre en cause.

Si vous êtes systématiquement méfiant envers les autres, vous susciterez la méfiance. A l’inverse, n’avez-vous jamais constaté à quel point votre bonne humeur pouvait être contagieuse ? Votre sourire apaisant. Votre enthousiasme communicatif ?

Notre formation « Communiquer positivement » est fondée sur cette idée selon laquelle je peux être celui qui fait le premier pas pour instaurer une communication positive.

Notre relation avec les animaux est à ce titre très révélatrice. Si j’ai peur d’un chien par exemple, il y a de fortes chances que je provoque ses aboiements ou que je le mette sur ses gardes. Il va réagir instinctivement au signal que je vais lui envoyer.
Il en est de même dans les cercles apparemment policés de nos relations interpersonnelles.

Ainsi je suis en partie responsable du climat relationnel que je vis. Bien sûr que l’autre a aussi besoin d’évoluer le plus souvent. Il y a même des personnalités difficiles qu’il faut savoir repérer et avec lesquels il faut apprendre à composer. Il y a également des comportements toxiques à éviter.

Mais dans la plupart des cas, nous pouvons retrouver une marge de liberté en nous changeant nous. Car à défaut de pouvoir changer l’autre (ce serait super pourtant non ?) la seule prise réaliste dont je dispose, c’est moi-même.

En me changeant moi, ma manière de réagir, je change mon interaction avec l’autre. Avec les autres. C’est mécanique. Je peux ainsi retrouver de la liberté dans mes relations. Je ne les subis plus. Je m’adapte avec plus de distance, de souplesse, de lucidité. Je sors des sentiers convenus par mes préjugés ou conditionnés par mes mécanismes inconscients.

Mon expérience de coach me donne la chance de rencontrer des personnes qui ayant accepté de « faire un travail sur elle-même », sont sortis de la répétition. Ont progressé. Ont changé leur vision des autres et du monde.

Elles ne sont pas devenues parfaites pour autant. Ni angéliques. Mais elles se désespèrent moins du monde tel qu’il est. Elles ont pris conscience qu’elles pouvaient être des agents du changement en commençant par elles-même. « Soyez le changement que vous voulez voir » disait Gandhi. Cela demande du travail, de la patience, d’incessants recommencements. Mais c’est un chemin de croissance porteur de bénéfices professionnels et personnels inestimables.

Et si cet été était l’occasion de commencer, en douceur, cette réflexion sur ce qui pourrait être assoupli, ajusté, renouvelé dans vos relations avec les autres.

Et si un coaching pouvait vous y aider à la rentrée ?

Recevez nos futures publications

13 + 8 =

:

Adresse

10 rue de Penthièvre
75008 Paris, FRANCE
+33 (0)6 11 85 42 78

Déclaration d’existence

datadock

N° 754191975

Obtenue auprès de la direction régionale du travail, de l’emploi et la formation profesionnelle (Préfecture d’île de France)

CONTACTEZ-NOUS

6 + 4 =