Clé N°4 pour convaincre : DISTRAIRE

Distraire pour convaincre son public

Clé n° 4 pour convaincre

Le diable c’est l’ennui « 

nous dit Peter Brook dans un livre consacré au théâtre.

C’est vrai également lorsqu’il s’agit de communiquer. Lorsque que vous avez, croyant ainsi être plus « pro », évacué de votre présentation, toute fantaisie ou tout trait d’humour, que reste-t-il au final ?

Des mots. Des faits sans doute, mais inanimés, désincarnés. Pétrifiés dans un esprit de sérieux contre-productif pour qui veut atteindre sa cible, c’est à dire aussi bien la tête que le cœur de ses interlocuteurs.

Charles Chaplin a toujours abordé des sujets graves sans jamais oublier d’en rire. Et les grands orateurs savent distraire leur public.

En voici deux exemples éloquents.

Barack Obama

et Steve Jobs

Loin de disqualifier votre propos, une dose de distraction confirme sa crédibilité. Elle le situe dans le réel qui n’est jamais univoque. Elle évite à votre discours de s’enfermer sur lui-même en intégrant dès sa conception la réaction du public. C’est une marque de sagesse et un signe de générosité auquel le public est sensible.

Dans une interview donnée devant des étudiants américains, Carlos Gohsn affirme que la première qualité d’un leader est de ne pas ennuyer.

 

Pétillant, pince sans rire, passionné, alternant analyses, anecdotes et leçons de vie, Carlos Ghosn a un style qui sait être à la fois rigoureux et distrayant. C’est un excellent pédagogue qui sait transmettre sa vision.

Il m’est souvent arrivé, en qualité de formateur, de constater que peu de place était laissé à la distraction dans les entreprises.

D’où parfois des présentations mornes, grises, interminables, les orateurs n’osant pas sortir d’une neutralité désincarnée de peur de passer pour des « charlots ». 

C’est d’autant plus regrettable qu’au final le public risque de s’ennuyer et de ne rien retenir. Favoriser une culture de la distraction (et non de la dispersion !) permet en outre aux orateurs de développer un potentiel expressif qui sera précieux pour l’entreprise.

Beaucoup d’entreprises récentes (« Michel et Augustin » par exemple) ont bien compris que distraction et productivité n’étaient pas incompatibles, au contraire.

Et vous quelle est votre manière de distraire, de créer avec vos interlocuteurs des moments qui leur font dire qu’il est bon de travailler avec vous ? Que la vraie vie ne s’arrête pas entre le lundi matin et le vendredi soir ?

 

 

 

 

 

 

Philippe Lamblin,

Fondateur et dirigeant de Version définitive

Le mois prochain, nous donnerons une cinquième clé pour convaincre : Raconter des histoires.

Pour l’heure, contactez-nous si vous avez besoin de conseils en communication.

Vous découvrirez sur ce site nos formations à la communication. Pour ceux qui sont pressés, nous proposons 3 Coffee training : l’Art de convaincre, l’Art de pitcher et l’Art de raconter des histoires.

Retrouvez les précédentes clés pour convaincre :

Laisser une réponse

Contact

10 rue de Penthièvre
75008 Paris
06 11 85 42 78

Abonnez-vous à notre newsletter !

datadocke

N° de déclaration d'existence :

75 41919 75

obtenu auprès de la Direction régionale du travail,

de l'emploi et de la formation professionnelle.

(Préfecture d'île de France)